FANDOM


Tartuffe a été écrite par Jean Baptiste Poquelin dit Molière et présentée pour la première fois le 12 mai 1664 dans le cadre des "plaisirs de l'île enchantée" à Versailles.

Molière y dénonce l'hypocrisie religieuse et les menaces qu'elle inflige à la société. Il met en scène une famille de bourgeois habitant dans une maison familial et menant une vie paisible, perturbée par l'arrivée d'un dénommé "Tartuffe" qui par intérêt va se rapprocher d'Orgon le père de famille et va l'influencer jusqu'à obtenir ce qu'il désire... sa fille comme épouse, sa femme comme maitresse et ses biens comme héritage. Mais tous ne va pas se passer exactement comme il l'avait prévu. Dans la pièce les personnages comme Dorine, Doris et Mariane sont là pour essayer de prouver que l'idole d'Orgon n'est qu'un faux dévot.

Résumé

Tartuffe ou l'imposteur est une pièce de théâtre en cinq actes, écrite en alexandrins. Tartuffe est un personnage hypocrite et maladroit qui s’invite dans la maison d’une importante famille. Orgon et sa mère Madame Pernelle sont les seuls à être dupe. Tartuffe essaie de se faire donner en mariage Mariane, la fille d’Orgon, tout en tentant de séduire Elmire, la femme de son bienfaiteur. Démasqué grâce à un piège tendu par Elmire, afin de convaincre son mari de l’hypocrisie du pensionnaire, Tartuffe veut chasser Orgon de chez lui grâce à une donation que celui-ci lui a faite de ses biens et, en se servant de papiers compromettant qu’Orgon lui a remis, il va le dénoncer au roi. Imprudence fatale : le roi a conservé son affection envers celui qui l’avait jadis bien servi, il lui pardonne et c’est Tartuffe qui est arrêté.

Personnages

Les personnages présents :

  • Mme Pernelle la mère d'Orgon
  • Orgon le mari d'Elmire
  • Elmire la femme d'Orgon
  • Damis le fils d'Orgon
  • Mariane à la fois l'amante de Valère et la fille d'Orgon
  • Valère l'amant de Mariane
  • Cléante le beau frère d'Orgon
  • Tartuffe le faux dévot
  • Dorine la servante de Mariane
  • Monsieur Loyal le sergent
  • Flipote la servante de Mme Pernelle


Lorsque Molière écrit sa grande comédie des moeurs Tartuffe en 1664, il est tout de suite attaqué par la compagnie du Saint-Sacrement et sa pièce n'est représentée qu'une fois avant d'être interdite. De plus, il se défend dans son premier placet au Roi. Molière se hasarde en 1667 à jouer une nouvelle version : triomphe financier ! mais menace ! : le 5 février 1669 Molière est enfin autorisé à jouer sa piéce modifiée.

Pourquoi toutes ces difficultés ?

Pourquoi tant d'interdictions ?

Car, Molière à travers le personnage de Tartuffe s'érige contre l'hypocrisie des faux dévots et le pouvoir de la compagnie du Saint-Sacrement.

Dans la pièce deux forces en présence : Orgon et Tartuffe(L'aveuglement et l'hypocrisie) puis en face Elmire, son frère Cléante et la servante Dorine (La sagesse et la raison).

Tar11test

Orgon (à gauche) et Cléante(à droite) lors d'une représentation au théâtre

Ce n'est pas pour rien que dans l'Antiquité Cléante signifiait "philosophe". Cléante beau frère du maître de maison va donc être le personnage de la sagesse et de la raison . Ce personnage n'a de cesse dans toute la pièce d'essayer de discuter et de raisonner Orgon : "Mais en un mot, je sais pour toute ma science, Du faux avec le vrai faire la différence" ou Tartuffe ; IV,III : "Vous nous payez ici d'excuse colorées " En vain, il va avec intelligence avec sa soeur Elmire qui utilise la ruse (Voir acte IV)

Certes, Cléante n'est pas le personnage principal, il est parfois ennuyeux dans ses longues tirades (Acte I) car il est raisonneur mais il est sans doute le porte parole de Molière contre l'imposture religieuse ou pourrait presque dire le double de Molière. C'est un personnage juste et également le personnage le plus sage de la pièce.

A la toute fin de l'acte V scene VII, Cléante dit : "Souhaitez bien plutôt que son coeur en ce jour , au sein de la vertu fasse un heureux retour "

Ce qui signifie que Cléante appelle au pardon et glorifie la vertu ; (Acte V scène III) " Nous vivons sous un règne et sommes dans un temps où par la violence on fait mal ses affaires."

Ce qu'il veut, c'est faire le bien et retablir un ordre juste, un équilibre dans la société. En ce sens, on peut dire que Cléante annonce une religion modérée, raisonnable une morale humaniste.

Avec le personnage de Cléante, Molière n'annoncerait-il pas la clairvoyance des philosophes du XVIIIe ?

Images

Claude Brasseur dans le role d'Orgon

Orgon est un personnage de l’œuvre de Molière Tartuffe ou l’imposteur. On voit Orgon pour la première le 27 avril 1664, la compagnie du saint sacrement décida de faire interdire la pièce. Molière réécrit alors sa comédie qui devient Panulphe ou l’imposteur qui est par la suite encore une fois interdite. Molière écrit une troisième version en 1669 Tartuffe ou l’imposteur qui a partir du 5 février 1669 sera joue sans interruption.

Orgon est l’élément principal de la famille , il est le fils de madame Pernelle , il est le père de Damis et Mariane . Orgon est le mari d’Elmire et le beau frère de Cléante, il est issu d’un milieu social élevé. Dans cette famille vienne s’ajouter Dorine qui est la servante de Mariane ainsi que Flipote la servante de madame Pernelle .

Orgon habite Paris, il est très influençable et aussi très fragile. Vieillissant, il se réfugie dans la religion. Tartuffe habite chez Orgon et va profiter de la vulnérabilité et de la naïveté de son hôte. Tartuffe va donc profiter d’un homme affaibli.

La première fois que Orgon apparait dans l’acte 1 , il raconte avec émotion sa première rencontre avec Tartuffe et le présente comme un être fabuleux. Lorsque qu’Orgon rentre d'un voyage de deux jours, Dorine lui fait part de l’état de santé de sa femme qui été malade, mais à chaque fois qu’elle parle d’Elmire, Orgon répond «Et Tartuffe ? ».

Par aveuglement, Orgon devient complètement fou de Tartuffe (v. 195) et l'aime plus que sa famille (v185/186). Il tyrannise les siens et s'énerve contre ceux qui s'opposent à lui comme Dorine et Damis. Il abuse de son autorité paternelle pour faire ce qu'il pense que Tartuffe approuvera et il s'oppose au mariage de Valère et Marianne. Dans l’acte 2 on apprend que Orgon veut marier sa fille a Tartuffe. Marianne proteste devant la décision de son père. Orgon est encore sous l’emprise de Tartuffe.

Ensuite dans l’acte 3, Orgon apprend par Damis les intentions de Tartuffe, toujours sous l’emprise du dévot, Orgon continue de croire en son l’innocence et retourne sa colère contre son fils ; il décide de le déshériter et de le chasser de la maison.

Acte 4, devant son avenir scellé, Marianne fait part de son désespoir devant cette situation, Elmire décide d’agir et donc de piéger Tartuffe. Dans l scène 5, Elmire dit à son mari de se cacher sous la table pour lui faire découvrir le véritable visage de Tartuffe. Il exprime ses sentiments à Elmire, sous l’oreille attentive d’Orgon qui est caché sous la table. Orgon sort et dit a Tartuffe de quitter les lieux. Mais Tartuffe rappelle à Orgon qu’il lui avait fait auparavant don de sa maison et donc qu’il en est le propriétaire.

Acte 5, Tartuffe chasse Orgon et sa famille de la maison. On apprend par Valère que Tartuffe s’est servi de la cassette que lui avait remis Orgon pour le dénoncer au roi comme complice des frondeurs. Coup de théâtre, L'affaire est parvenue aux oreilles du prince. Celui-ci se souvenant de la loyauté d’Orgon durant la Fronde, décide de lui rendre tous ses biens et fait emprisonner Tartuffe, déjà connu pour de précédentes escroqueries. On va pouvoir enfin célébrer le mariage de Valère et de Mariane.

La déclaration de Tartuffe envers Elmire

Dans l’acte 3 scènes 3, Tartuffe se révèle comme étant séducteur, et tente de montrer à Elmire qu'il n'est pas indifférent à ses charmes. Pour cela il utilise plusieurs procédés pour lui déclarer sa flamme et ses envies tout en essayant de rester crédible dans son rôle de dévot. Ici Molière associe le champ lexical du corps et le champ lexical de la religion dans son discours. En effet au vers 914 : «Oui, madame, sans doute et ma ferveur est telle »(il lui serre le bout des doigts pendant qu'il lui parle) ; 915 : « C'est par excès de zèle. » (Voilà qu'il se met à lui mettre la main sur le genou.) 973 : «la splendeur plus attraits qu’humaine » donne l’image du rayonnement de la religion, Tartuffe utilise aussi des mots qui font référence à la dévotion comme aux vers 975 : «De vos regards divins l’ineffable douceur » et aux vers 985 : « J’aurais toujours pour vous, ô suave merveille, une dévotion à nulle autre pareille. », ici il lui fait comprendre qu'en lui déclarant sa flamme, son zèle se prolongeait, il la compare presque à Dieu. Tartuffe utilise la religion pour se décrire comme on le voit aux vers 970 : «Mais, Madame, après tout, je ne suis pas un ange » cette déclaration devient donc une comparaison à la religion. On voit donc que Tartuffe est obligé d’utiliser un lexique religieux mais à la fin de cette scène on observe une opposition entre la réalité de son discours et la préservation de sa renommée comme on le voit aux vers 1009,1010,1011 et 1012 : « Que vous m’excuserez sur l’humaine faiblesse »«Des violents transports d’un amour qui vous blesse, »«Et considérerez, en regardant votre air , »«Que l’on n’est pas aveugle, et qu’un homme est de chair ». Tout cela montre que Tartuffe recherche plus un amour physique que platonique. Vers1495 «Contentez mon désir, et n'ayez point d'effroi. »

Un amour non réciproque

Elmire, femme d'Orgon, aime toujours Orgon, même si ce dernier ne fait plus attention à elle et préfère Tartuffe.

Elle se rend très vite compte des intentions de Tartuffe durant la discussion qu'elle eut avec lui, et elle le repousse avec malice. En effet, au vers 917 elle dit : « Ah de grâce, laissez, je suis forte chatouilleuse ». Elle fait comme si elle n'avait pas compris les avances de Tartuffe pour qu'au moment donné Orgon. Voit qui est vraiment Tartuffe. Elle essaye de démasquer le personnage, et de voir jusqu'où peut-il aller pour garder l'image de dévot au zèle ardent. V 932 « et que rien ici-bas n'arrête vos désirs. » Au vers 1015 jusqu'au vers 1021 elle noue une sorte de complicité en faisant un «marché» avec Tartuffe dans le but de faire espérer a Tartuffe et aussi d'annuler le mariage de ce dernier avec Marianne : « je ne redirai point l'affaire à mon époux » «mais en revanche je veux une chose de vous : C'est de presser tout franc et sans nulle chicane l'union de Valère avecque Marianne… ».

Dans l'acte IV scène 5 Orgon se retrouve au sol sous une table à la demande d'Elmire car elle tient à lui montré la vraie nature de Tartuffe. Tartuffe se présente devant Elmire, à la demande de cette dernière. Dans cette scène Elmire se veut provocante et surprenante car elle fait croire à Tartuffe, qu'elle l'aime et qu'elle ne lui avait pas avoué lors de leur dernière discussion car «Toujours notre pudeur combat dans ces moments » (vers 1415) ; «On trouve à l'avouer toujours un peu de honte » (vers 1418). Mais Tartuffe trouve ce revirement très surprenant, veut qu'Elmire lui prouve cet amour en ayant un rapport sexuel là où ils se trouvent « qu'un peu de vos faveurs, après quoi je soupire, ne vienne m'assure tout ce qu'ils m'ont pu dire, et planter dans mon âme une constante foi des charmantes bontés que vous avez pour moi. » (Vers 1449 à 1452).

On voit là un mauvais galant. Mais Elmire ne peut s’empêcher de repousser ces avances et elle change de stratégie en évoquant la religion. Vers 1480 : « Sans offenser le Ciel, dont toujours vous parler ? ». Tartuffe prêt à tout pour arriver à ses fins n'hésite pas détourner les préceptes de l’Eglise, comme au vers 1489 : « Selon divers besoins, il est une science, d'étendre les liens de notre conscience, et de rectifier le mal de l'action avec la pureté de notre intention. ». Voyant que Tartuffe est prêt à tout, elle fait semblant de céder et demande a Tartuffe de vérifier dans la maison si Orgon n'y est pas.

Origine

La première représentation fut un échec car la pièce fut très mal vue et très mal interprétée par le parti dévot qui se sentit attaqué, l'affaire prit une tournure politique incitant le Roi à interdire la pièce. A cette époque là l'église occupait une place très importante, elle avait le dernier mot sur les décisions du Roi. En 1667, une deuxième représentation fut faite mais cette fois-ci Molière décida de modifier son personnage et de le faire passer pour un homme laïque et de changer le titre pour que "Le Tartuffe" devienne "L'mposteur". Cette version ne fut pas non plus du goût des Dévots qui encore une fois firent interdire la pièce. Jusqu'en 1669 où Molière fut convoqué par le Roi pour l'informer que la représentation de sa pièce était accordée. Elle eut enfin lieu au théâtre du Palais Royal où elle connue un franc succès.

La vrai version de Tartuffe ou l'imposteur est à ce jour inconnue. Jouée le 12 Mai 1664, elle fut prohibée par Louis XIV deux jours plus tard. Considérablement remaniée pour la rendre acceptable, la nouvelle version du Tartuffe parut en 1669. La censure de cette comédie s'explique par une satyre pas assez implicite de Molière: En effet, il dénonça quasi-directement les dévots de l'époque. Dans cette pièce apparaît Orgon, qui est l'archétype du personnage de cour tombé sous la coupe de Tartuffe, un hypocrite et un faux dévot. Il est donc complètement dupe de Tartuffe. Ce dernier parvint à le manipuler en singeant la dévotion, et devint même son directeur de conscience. Chaque faits et gestes de Tartuffe est exalté par Orgon, chacune de ses paroles est bue avec adhésion.

151 tartuffe
Ainsi Orgon, par aveuglement, devient complètement fou de son héros, et l'aime même plus que sa propre famille ! Cet amour lui fait tyranniser les siens, s'énerver contre ceux qui s'opposent à Tartuffe (Dorine, Damis) et abuse de son autorité paternelle pour faire ce qu'il pense que Tartuffe approuvera : En l’occurrence, s'opposer au mariage de Valère et Marianne. L'éblouissement d'Orgon pour Tartuffe disparaitra lors de la scène 7 de l'acte V, lorsque, caché sous la table, il se rendis compte de la vrai nature de ce dernier. Puis, d'un extrême, il va passer à l'autre en haïssant tous les gens de bien. Orgon est donc le caractère même d'un maniaque, qui manqua de peu de faire le malheur de tous.

Querelle du Tartuffe

Tartuffe-priere
En 1664 , Molière a 42 ans et il est un auteur reconnu , il se sent alors prêt pour attaquer sur la scène une catégorie de gens plus puissante que celles qu'il a déjà tournées en dérision dans ses œuvres précédentes : après les médecins ridiculisés dans le Médecin volant, les précieuses jouées dans les Précieuses ridicules et les marquis dans La Critique de l'école des femmes, Molière ose s'en prendre aux hypocrites et , plus précisément , aux hypocrites en matière de religion. Le nom de Tartuffe est emprunté à la langue et à la comédie italienne : tartufo, qui signifie "truffe", désigne dans le théâtre italien un personnage hypocrite.

Le 12 mai 1664,Molière écrit Tartuffe ou l'hypocrite , une pièce dans laquelle sont traités plusieurs thèmes, le plus important étant celui de l'hypocrisie autour duquel rayonnent d'autres thèmes tel que la religion. Molière écrit le premier Tartuffe en trois actes. A l'occasion des Plaisirs de l'Ile enchantée , la magnifique fête donnée à Versailles par le Roi , la troupe de Molière joue de nombreuses pièces : la Princesse d'Elide ou encore les Fâcheux mais Molière laisse son œuvre Le Tartuffe pour la fin, comme clou du spectacle .

Cette dernière œuvre connait un vif succès auprès du roi et sa cour. En écrivant cette pièce, Molière s'attaque à un bastion très influent : les dévots. Parmi eux, se trouvent des hommes religieux sincères mais aussi des hommes qui affectent une pratique religieuse et qui profitent de l'influence de ce part à l'époque. C'est cette seconde catégorie que Molière tant de dresser le portrait exagéré. Mais aussitôt, la cabale menée par la Compagnie du Saint Sacrement se déchaîne avec violence. Le parti dévot se lance dans la bataille, avec pour chef de fil Anne d'Autriche, mère du Roi Louis XIV, femme très dévote et influant. Elle remporte une victoire en faisant interdire la pièce par son fils.

A la suite de l`interdiction de sa pièce, Molière entreprend des actions auprès du roi pour défendre son œuvre, mais en vain. Pourtant, le 1er août, le curé de Saint-Barthélemy, Pierre Roule, traître Molière de "démon vêtu de chair "dans un pamphlet maladroit et retentissant dans tout le royaume ,ce qui n’aboutit a rien car Louis XIV accorde une gratification au dramaturge .

A la suite de l'annulation d'une lecture dans un salon, Molière envoie un premier placet au roi, dans lequel il se justifie et expose les intentions de sa comedie. La pièce est représentée en privé à l'occasion de Visites, ce qui est toleré, en septembre chez Monsieur, frère du Roi, à Villers-Cotterets et dans la demeure de la Princesse Palatine, dans sa version achevé .

En 1664, la tension monte à nouveau avec la nouvelle frasque de Molière: Dom Juan, un personnage très libertin. Le prince Conti est excédé et y trouve l'occasion de lancer une nouvelle attaque. La fureur de la Compagnie des Saints Sacrement et de la société des dévots fait rage, Molière et la troupe sont menacés de mort et d'excommunication.

Le 14 aout 1665, le parti des dévots est "out" avec la mort des grands chefs de fil du "mouvement anti-Moliere". Le roi prend la troupe sous sa protection et donne son accord verbal avant son départ pour les Flandres.

Le 5 aout, c'est la première de la réécriture de Tartuffe, Panulphe ou l'imposteur, qui connait un franc succès. Cependant, quelques jours après les premières représentations, des huissiers l'interdisent quelques heures avant la représentation. Molière envoie donc deux acteurs pour les Flandres afin de remettre un deuxième placet pour connaitre les raisons de cette interdiction soudaine .

Pour finir, le 11 aout, l'archevêque de Paris censure la pièce, interdisant à tous de lire ou d'en entendre la lecture ou de la voir représentée. Dix-huit mois plus tard, l'affaire évolue avec la paix de l’Église. Le 5 février, Le Tartuffe est enfin représenté. Le succès de la pièce fut à la mesure du retard imposé à ses représentations exceptionnelles. 77 représentations eurent lieu du vivant de Molière.

La querelle du Tartuffe laissa des séquelles sur le dramaturge qui ne s'attaquait plus aux mœurs privées. Il ne cherchait qu'à corriger les hommes en les divertissant.

Extrait d'une mise en scène

Stephane Braunschweig-0

Stephane Braunschweig-0

Tartuffe, mise en scène de Stéphane Braunschweig, TNS, 2008, acte I, scène 1