FANDOM


Biographie

Ce dramaturge auteur de plusieurs comédies fût le chef d'une troupe de Théâtre Français, qui s'illustra au début du règne de Louis XIV. La particularité de cet homme de lettres était sa capacité à placer des personnages obsessionnels dans ses pièces de théâtres, visant plus où moins explicitement à dénoncer les psychoses des hommes de l'époque et leurs sociétés.

Œuvres

Comédies

  • 1655 : L'Étourdi ou les Contretemps
  • 1656 : Le Dépit amoureux
  • 1659 : Les Précieuses ridicules
  • 1660 : Sganarelle ou le Cocu imaginaire
  • 1661 : Dom Garcie de Navarre ou le Prince jalouxL'École des marisLes Fâcheux
  • 1662 : L'École des femmes
  • 1663 : La Critique de l'École des femmesL'Impromptu de Versailles
  • 1664 : Le Mariage forcéLa Princesse d'Élide
  • 1665 : Don JuanL'Amour médecin
  • 1666 : Le MisanthropeLe Médecin malgré luiMélicerte (inachevée)
  • 1667 : Pastorale comiqueLe Sicilien ou l'Amour peintre
  • 1668 : AmphitryonGeorge Dandin ou le Mari confonduL'Avare
  • 1669 : TartuffeMonsieur de Pourceaugnac
  • 1670 : Les Amants magnifiquesLe Bourgeois Gentilhomme
  • 1671 : Les Fourberies de ScapinLa Comtesse d'Escarbagnas
  • 1672 : Les Femmes savantes
  • 1673 : Le Malade imaginaire

Tragédies

  • 1671 : Psyché

Farces

  • Vers 1655 : La Jalousie du Barbouillé
  • Date inconnue : Le Médecin volant, publié pour la première fois en 1819 par Emmanuel Louis Nicolas Viollet-le-Duc.

Personnages obsessionnels

La particularité de cet homme de lettres était sa capacité à placer des personnages obsessionnels dans ses pièces de théâtres, visant plus où moins explicitement à dénoncer les psychoses des hommes de l'époque et leurs sociétés.

Tartuffe ou l'imposteur

La vrai version de " Tartuffe ou l'imposteur " est à ce jour inconnue. Jouée le 12 Mai 1664, elle fut prohibée par Louis XIV deux jours plus tard. Considérablement remaniée pour la rendre acceptable, la nouvelle version du Tartuffe parut en 1669. La censure de cette comédie s'explique par une satyre pas assez implicite de Molière: En effet, il dénonça quasi-directement les dévots de l'époque. Dans cette pièce apparaît Orgon, qui est l'archétype du personnage de cour tombé sous la coupe de Tartuffe, un hypocrite et un faux dévot. Il est donc complètement dupe de Tartuffe. Ce dernier parvint à le manipuler en singeant la dévotion, et devint même son directeur de conscience. Chaque faits et gestes de Tartuffe est exalté par Orgon, chacune de ses paroles est bû avec adhésion. Ainsi Orgon, par aveuglement, devient complètement fou de son héros, et l'aime même plus que sa propre famille !

151 tartuffe

Scène 7, Acte V, Orgon apprît la vraie nature de Tartuffe.

Cet amour lui fait tyranniser les siens, s'énerver contre ceux qui s'opposent à Tartuffe (Dorine, Damis) et abuse de son autorité paternelle pour faire ce qu'il pense que Tartuffe approuvera : En l’occurrence, s'opposer au mariage de Valère et Marianne. L'éblouissement d'Orgon pour Tartuffe disparaitra lors de la scène 7 de l'acte V, lorsque, caché sous la table, il se rendis compte de la vrai nature de ce dernier. Puis, d'un extrême, il va passer à l'autre en haïssant tous les gens de bien. Orgon est donc le caractère même d'un maniaque, qui manqua de peu de faire le malheur de tous.



Le Bourgeois Gentilhomme

Le Bourgeois Gentilhomme est une comédie-ballet de Molière, en cinq actes et en prose, représentée pour la première fois le 14 Octobre 1670 devant la cour de Louis XIV, au château de Chambord par la troupe de Molière. Dans cette pièce, Molière se moque d'un riche Bourgeois qui veut imiter le comportement et le mode de vie des nobles. Ce spectacle est très apprécié par la Cour et Louis XIV, qui le redemande plusieurs fois. Le personnage principal du récit se nomme M. Jourdain (personnage joué par Molière lui même). Ce dernier est étudiant en "Gentilhommerie", vaniteux, naïf et capricieux. L'obsession de Jourdain est, dans cet écrit, de gagner une place sociale qui n'est pas la sienne. Le bel ingénu confond précisément l'être et le paraitre, l'essence et les apparences. Il pense inconsciemment, en d'autres termes, que l'habit fait le moine. Ses faits et gestes révèlent son ignorance, son étroitesse d'esprit et ses prétentions.

Le-bourgeois-gentilhomme

Le Bourgeois Gentilhomme en pleine représentation.

En résumé, M. Jourdain, en voulant devenir noble, se ridiculise aux yeux de tout le monde: Là tout le comique de cette pièce. Molière a donc voulu, par M. Jourdain, montrer un personnage prisonnier d'une " lubie ", se construisant petit à petit un univers autistique où il se complait dans la sotte admiration de lui même. C'est donc un personnage de théâtre caricatural conservant cependant dans le même temps assez de vérité humaine pour ne pas se comporter comme une marionnette. En un mot, c'est un type littéraire par son type d'exemplarité.


L'avare

" L'avare " est une comédie de Molière en 5 actes et en prose, créée au théatre du Palais-Royal le 9 Septembre 1668. Le sujet est inspiré d'une pièce de Plaute intitulée " La Marmitte ". Dans cette pièce, Molière visa à dénoncer les Avares: Les gens un peu trop proche de leurs argents. Harpagon (vient du Latin Harpago, qui signifie " Le grappin " servant à prendre et retenir), le personnage principal de l'histoire, fût également joué par Molière. Père de Cléante et d'Élise, il était amoureux de Marianne et de sa cassette d'Or. Dans " L'Avare ", Molière batit une intrigue psychologique en fonction de son personnage principal, partagée entre ses obligations et son avarice, entre son amour et son argent. Le fait comique de cette pièce vient du fait que sont imposé à Harpagon des dépenses qui le mettent à la torture, mais il garde tout de même le soucis de l'opinion: Il se dit " Riche Bourgeois ", mais pour cela faut-il encore avoir un train de maison, un intendant, des laquais, un carosse. Il se dit " père de famille ", mais il veut marrier sa fille " Sans Dot ! ". Il est veuf et voudrait se remarier, mais la jeune Marianne est pauvre et pour ce, il faudrait offrir un grand festin .. Harpagon se rend malheureux au fur et à mesur que cette pièce avance, car le vice engendre le vice. Il est toujours inquiet, soupçonneux, il n'a jamais l'esprit tranquille: Il pense sans cesse à sa cassette d'Or enterrée dans le Jardin. Il en vient même à regarder ses enfants comme une menace, il agît donc contre tout bon sens et se rend vers la folie. Harpagon perdît sa cassette, et se délia d'un monologue des plus célèbres.

103

Harpagon, interprété ici par Louis de Funès, et sa cassette d'Or.

Seulement, Harpagon retrouva cette dernière et maria sa fille sans débourser quoi que ce soit. Molière pensait cependant que l'on ne puisse compter beaucoup sur l'homme: Qu'il serait Naïveté de croire qu'il soit bon ou raisonnable. Au lieu de réver d'héroïsme, pratiquons une sagesse modeste : " La parfaite raison fuit toute extrémité, et veut que l'on soit sage avec sobriété. " Poussés jusqu'à leurs conséquences logiques, beaucoup d'intrigues de Molière tourneraient normalement au drame: dans la vie courante, l'Avare ne retrouverait pas sa cassette. Mais il évite d'assombrir ses comédies, car cette dernière suppose une fin heureuse venant dissiper la tristesse.



Le malade imaginaire

Le malade imaginaire est la dernière comédie écrite par Molière. Elle fut représentée sous forme de ballet au Théatre du Palais-Royal, le 10 Février 1673 par la troupe de Molière. Après les " Comédies désespérées " (Dom Juan ou le Festin de Pierre et Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux ), elle retrouve une certaine inspiration de la " Commedia Dell'arte ", mais d'une qualité bien supérieure aux premières farces de Molière. La pièce tourne essentiellement autour d'Argan, le " Malade imaginaire ", qui donna son titre à la pièce. Veuf, il s'est remarié avec Béline qui simule des soins intensifs, mais n'attends en réalité que la mort de son mari pour pouvoir hérité. Il est d'un caractère impatient et égocentrique: Il écoute très peu les autres et ne pense qu'à lui. Il passe l’essentiel de son temps à se persuader lui même qu'il est malade et à prendre des médecines. Argan est donc hypocondriaque, il se croit infirme et mal portant. Il mesure son bien être au nombre de lavements et autres remèdes qu'il s'administre: Un mois avec 20 lavements au lieu de 12 est un mois où il se sent beaucoup mieux. L'idéal pour lui serait d'avoir un médecin à demeure, d'où son désir de voir sa fille Angélique épouser Thomas Diafoirus, fils du Dr. Diafoirus. Argan est ridicule: moqué par sa femme, présuré par son médecin et son apothicaire alors qu'il est en parfaite santé, manipulé par Toinette, son impertinente et lucide servante, il semble entièrement habité par son idée fixe: "Je suis malade." Pourtant, Argan n'est pas l'imbécile que l'on pourrait croire au premier abord. Il n'est pas méchant, mais simplement terriblement angoissé.

MICEHLELLE

Michel Bouquet, interprétant Argan dans Le malade imaginaire, agé de 89ans.

C'est un perpétuel inquiet qui recherche l'affection des siens et l'attention des autres par ses jérémiades. Un brave homme qui, pour son malheur et celui des autres, fait une fixation sur sa santé: Sans doute comme bien des gens, Argan est simplement terrifié par l'idée de sa mort future. Avec cette pièce, Molière profita de l'occasion pour se égratigner et moquer le jargon universitaire traditionnel. Il nous donne à voir en tout cas un personnage plus complexe qu'il n'y parait et qui ne correspond pas à la caricature qu'on en a fait souvent: Celle d'un bouffon égoïste et grotesque, ne prétend qu'au rire et à la moquerie. Argan est bel et bien un personnage humain. Argan fut le dernier rôle de Molière: Pendant une représentation, il se sentit mal et fut ramené d'urgence chez lui. Il mourra peu après.




Tous les personnages obsessionnels de Molière ne sont bien sur pas analysés ici. On peut donc en déduire que les personnages obsessionnels chez Molière sont la " clé de la comédie ", c'est à dire que ce sont eux qui déclenchent le rire. Pour ce, Molière choisit de les rendre ridicules, en faisant passer leurs obsessions avant tout. Ces nombreux personnages sont bien entendus des caricatures, mais restent cependant humains. En bref, le ridicule déclenche le rire, et le rire devant une pièce engendre une comédie. La tragédie stimule le sens du ridicule, car le ridicule est une attitude de défi: il faut rire de notre impuissance face aux forces de la nature.

Les valets

Featured

Scapin, des Fourberies de Scapin écrit par Molière, mise en scène par Michel Bouttier en octobre 2010.

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), est un dramaturge auteur de comédie. Ce sont des pièces du genre littéraire et théâtral fonctionnant sur le registre de l'humour. Certaines sont proches de la farce, comme les Fourberies de Scapin, d'autres sont plus psychologiques, comme l'Avare, ou encore elles peuvent être des comédies-ballets, comme le Bourgeois gentilhomme ou le Malade imaginaire. Dans ces comédies, Molière introduit habilement un des personnages les plus important dans la comédie au XVIIeet XVIIIe siècle: le valet. C'est un domestique employé qui a pour rôle de servir son maître. Dans un premier temps, nous verrons le rôle principal que joue ce personnage, puis dans un deuxième temps, nous montrerons les autres rôles que tient le valet dans ces comédies.

Les valets de Molière ont principalement un rôle comique. Ce comique peut se traduire de différentes façons: le comique de geste (ex: la farce), le comique des mots (ex: phrases absurdes, interférence, répétition, comme lors de la scène 4 de l'acte I de Tartuffe, le comique de la situation (ex: le quiproquo, comme dans l'acte V de l'Avare) et le comique de caractère ( ex: lorsque le maître est rendu comique par l'inadéquation de ses valeurs par rapport au statut social qu'ils ont, comme dans le Bourgeois gentilhomme). Mais il est peut aussi être comique par son costume et son langage.

Il a aussi pour rôle de mettre en avant son maître et de le rendre nettement plus élégant, plus raffiné, plus avisé et plus intelligent que lui.

Le valet se doit d'aider les jeunes gens face à leur père, comme Dorine dans le Tartuffe qui se distingue par son audace et sa ruse, ou encore Scapin, des Fourberies de Scapin, qui lui se distingue par son sens de l'équité et le souci de son porte-monnaie.

Ce personnage joue aussi un rôle de porte-parole du bon sens, de la raison face aux délires des pères, il reste conscient de l'injustice social, des privilèges de la noblesse et de la classe dirigeante (ex: la Toinette du Malade imaginaire). Mais les valets ne sont pas que des intermédiaires, il sont également des initiateurs qui aident leur maître naïf, faible et incapable face à une situation.

Il peut aussi avoir un rôle de moralisateur comme Scapin, des fourberies de Scapin, qui ironise sur les malheurs des amoureux et des pères.

Les valets ont souvent dans la pièce un rôle secondaire, mais il arrive parfois que ce personnage tienne finalement le rôle principal. Pour conclure, les valets ont donc principalement un rôle comique mais tiennent différents rôles au cours d'un pièce. En effet, ils joue aussi le rôle de porte-parole, de moraliste, de messager, de faire-valoir, d'instructeur mais aussi de confident, plus courant dans les tragédies. C'est pour cela que malgré son statut « inférieur » aux autres personnes, il devient au fil du temps un élément essentiel au pièce de théâtre. N'est-ce pas alors en réalité le valet qui joue le véritable rôle principal de la pièce ?

Futilités

Tous les personnages obsessionnels de Molière ne sont bien sur pas analysés ici. On peut donc en déduire que les personnages obsessionnels chez Molière sont la "clé de la comédie", c'est à dire que ce sont eux qui déclenchent le rire. Pour ce, Molière choisit de les rendre ridicules, en faisant passer leurs obsessions avant tout. Ces nombreux personnages sont bien entendus des caricatures, mais restent cependant humains. En bref, le ridicule déclenche le rire, et le rire devant une pièce engendre une comédie. La tragédie stimule le sens du ridicule, car le ridicule est une attitude de défi: il faut rire de notre impuissance face aux forces de la nature.

Navigation

Écrivains
Antiquité
AristophaneEschyleEuripideHomèreSophocle
Moyen-Âge
Chrétien de TroyesMaloryGeoffroy de MonmouthWace
XVIe siècle
MoreRabelais
XVIIe siècle
BoileauCorneilleLa FontaineMolièreRacinePierre RoulléShakespeare
XVIIIe siècle
BeaumarchaisDiderotLaclosMarivauxMontesquieuRousseauVoltaire
XIXe siècle
BalzacThéodore de BanvilleCharles BaudelaireLewis CarrollChateaubriandTristan CorbièreFlaubertHugoLeconte de LisleStéphane MallarméMaupassantAlbert MératMussetPoeRimbaudStendhalStevensonÉmile Zola
XXe siècle
Henri AmourouxApollinaireBeckettBergotBorgesCamusCélineConan DoyleBret Easton EllisAchille EssebacPerecPrévertRyanSartreVian
XXIe siècle
BeigbederLolita Pille