FANDOM



Biographie

Charles Baudelaire né le 9 avril 1821 est un poète français. Orphelin de père , il vit comme un drame le rapide remariage de sa mère avec l'officier Aupick. Atteint par le "Spleen", une mélancolie tenace, Charles Baudelaire se réfugie dans la vie de bohème. Sa famille l'éloigne de Paris en lui offrant un long voyage vers les tropiques qui accentue son désenchantement.

Dès son retour , il se consacre principalement à la critique d'art, Salons et à la rédaction de son recueil de poésie, en vers, Les Fleurs du mal qu'il publie en 1857. Mais il publie également des poèmes en prose , Le Spleen de Paris en 1869, qui est une œuvre inspirée de ses liaisons féminines, de ses souvenirs de voyages et de la modernité de Paris.

Usé par une longue déchéance physique, il meurt le 31 août 1867 à Paris.

Son point de vue, et son rôle dans la poésie française

Nourri des anciens comme des modernes, Baudelaire reste attaché à une tradition classique qu’il perpétue en écrivant des poèmes à formes fixes (comme les sonnets). C’est le cas notamment des poèmes « Parfum exotique », «L'albatros » ou encore «L'invitation au voyage». Véritable maître, il traduisit notamment les œuvres de Allan Edgar Poe (1809-1849) et les fit connaître au grand public. Baudelaire est convaincu que l'âme est séparée entre Dieu et Satan, entre le " Spleen et l'idéal". C.Baudelaire

Baudelaire détache la poésie de la morale, et la proclame destinée au Beau et non à la Vérité. Comme le suggère le titre de son recueil Les Fleurs du mal, il a tenté de tisser des liens entre le mal et la beauté, le bonheur et l'idéal inaccessible (À une passante), la violence et la volupté (Une martyre), entre le poète et son lecteur (« Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère »), entre les artistes à travers les âges (Les Phares). Outre les poèmes graves (Semper Eadem) ou scandaleux (Delphine et Hippolyte), il a exprimé sa mélancolie et l'envie d'ailleurs (L'invitation au voyage). Il a aussi extrait la beauté de l'horreur (Une charogne).

Baudelaire annonça dans le Salon de 1859 : « L'artiste, le vrai artiste, le vrai poète, ne doit peindre que selon ce qu'il voit et ce qu'il sent. Il doit être réellement fidèle à sa propre nature.» . Baudelaire énonce ainsi la découverte fondamentale de la sensibilité moderne : "Le beau est toujours bizarre".

Déjà, dans ses meilleurs poèmes, Baudelaire, comme Mallarmé, ne conserve du vers classique que sa musique, évitant par les césures irrégulières, les rejets, les enjambements, le caractère trop mécanique de l'alexandrin, et annonce ainsi le début du vers impair de Verlaine, les dissonances de Laforgue, qui aboutiront finalement à la création du vers libre. Sans le savoir, Baudelaire fonde ainsi les bases de ce que l'on appellera plus tard le symbolisme.

Inspiré par la lecture de "Gaspard de la nuit" d'Aloysius Bertrand qui, le premier, avait introduit le poème en prose en France, Baudelaire compose « Petits poèmes en prose » et explique dans sa préface: « Quel est celui de nous qui n'a pas, dans ses jours d'ambition, rêvé le miracle d'une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s'adapter aux mouvements lyriques de l'âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience? ».

Œuvre

Poésie en prose

  • 1847 — La Fanfarlo (nouvelle)
  • 1851 — Fusées (journal intime)
  • 1860 — Les Paradis artificiels comprenant Le Poème du haschisch et Du vin et du haschisch
  • 1869 — Le Spleen de Paris
  • 1864 — Mon cœur mis à nu (journal intime )

Poésie en vers

Essais

  • 1852 — L’Art romantique
  • 1855 — Exposition universelle
  • 1861 — Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains
  • 1863 — Le Peintre de la vie moderne
  • 1864 (écriture) — Pauvre Belgique (pamphlet inachevé)
  • 1868 — Curiosités esthétiques, comprenant Salon de 1845, Salon de 1846, Morale du joujou et Salon de 1859


Navigation

Écrivains
Antiquité
AristophaneEschyleEuripideHomèreSophocle
Moyen-Âge
Chrétien de TroyesMaloryGeoffroy de MonmouthWace
XVIe siècle
MoreRabelais
XVIIe siècle
BoileauCorneilleLa FontaineMolièreRacinePierre RoulléShakespeare
XVIIIe siècle
BeaumarchaisDiderotLaclosMarivauxMontesquieuRousseauVoltaire
XIXe siècle
BalzacThéodore de BanvilleCharles BaudelaireLewis CarrollChateaubriandTristan CorbièreFlaubertHugoLeconte de LisleStéphane MallarméMaupassantAlbert MératMussetPoeRimbaudStendhalStevensonÉmile Zola
XXe siècle
Henri AmourouxApollinaireBeckettBergotBorgesCamusCélineConan DoyleBret Easton EllisAchille EssebacPerecPrévertRyanSartreVian
XXIe siècle
BeigbederLolita Pille